L'âme cybernétique, comme l'âme mécanique, éclôt dans des moments d'accouplement lorsque "la séparation entre artifice et nature, machine et homme, illusion et réel , s'atténue". Alors, depuis cet alliage entre l'organique et l'inorganique, se déclarent de nouvelles noces, de nouvelles contiguïtés qui sont la promesse d'une vie possible dans l'extériorité la plus irrespirable. "Impénétrable en ce sens qu'on a rien à chercher du côté de son intériorité, la machine est aussi l'exposition de l'âme, l'indice que ce n'est pas en nous, mais en dehors de nous qu'il convient de chercher".Jean-Clet Martin